La célébre université d'Harvard vous attend. Mais sous son apparence tranquille, la lutte entre les fraternités fait rage.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Declan
Leader des Hockers
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Etudes:
Relation:

MessageSujet: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Jeu 24 Juil - 15:18

[Erika tu viens quand on est dans les boutiques]

Alex regardait toujours trois fois à gauche et trois fois à droite avant de traverser la route à Harvard, et éviter soigneusement les personnes, c'était devenu une habitude, ça paraissait naturel, pas comme un parano...Disons que les accident de voiture comme le fourchage de personne était devenu quotidient enfin pas quotidien mais récurrent, tu comme les armes blanches, ce n'était pas mortel mais ça vous laisser K.O pendant un bout de temps à l'hopital. Sur les leaders se n'était pas arrivé, trop gros et vous étes certain de déclarer la guerre mais on sait jamais. Alex parlait tout naturellement, mais vu que Morgan ne le connaissait pas, il avait du remarquer ce petit truc bizarre.

L'afrique, c'est un pur accident, le destin. Je devais me rendre en Australie, mais il y a eu des intempéries, l'avion a du atterir de force en Afrique, j'avais dix ans...Et là quand j'ai descendu la paserelle, j'ai eu l'impression de voir la fin du monde, ils étaient tout maigre édenté, les enfants étaient squeletiques avec de gros ventre, mes parents m'ont dit que c'était la famine et la malnutrition, je ne savait pas ce que c'était, et quand ils m'ont expliqué que c'était parce qu'ils étaient mal nourris, ça m'a fait un choc, je me voyais entrain de manger n'importe quoi jeter des trucs que je n'aimais pas. Je suis repartis plusieurs fois la bas, je maitrise quelques langues africaines, et je passe la moitié de mes vacances à faire de l'aide humanitaire bénévolement, le restant je travaille pour faire des don ou organiser de galas de chariter...Oui ça doit bien être loin de l'image que tu dois te faire des sportifs rit Alex, de cela je n'en parle pas avec les autres seuls ce de ma fraternité le savent, certains viennent avec moi en Afrique, tu vois il y a aussi de l'amitié à Harvard ! Même s'il y a plus de coup tordu et de baston, il reste de l'humanité !

Un passant arriva presque entre deux, et Alex poussa brusquement Morgan contre le mur. C'était un membre des bollers, et Alex avait vu une lame dans sa main, on lui avait fait le coup une fois quand il était en première année, lui n'était pas visé mais sans doute Morgan avec sa tête de nouveau avait été repéré lors de son altercation avec Dean


Désolé, ça va ?

Alex aida Morgan à se relever, lorsqu'il lui tendit la main une fine effilade de sang coula sur sa main la lame avait du l'éffleurer quand il avait poussé Morgan. Il lui tendit son autre main et le releva. Alex sortit un mouchoir essuya sa main et ferma son poing sur le mouchoir...

Que d'aventure n'est ce pas...

_________________

made by Erika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan O'Carolan

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 32
Date d'inscription : 04/07/2008

Feuille de personnage
Etudes: Art (option musique)
Relation:

MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Ven 25 Juil - 21:09

Morgan écouta ce que Alex lui disait sur son passée : l'avion qui avait dû atterrir en Afrique, les enfants mal-nourris et son engagement dans les causes humanitaires. Morgan savait bien que la vie était loin d'être rose pour une bonne partie des humains et c'était pour cela qu'il avait souscrit à quelques organisations humanitaires qui recevaient tous les mois un virement bancaire de sa part, mais il n'avait jamais fait le pas de s'engager soi-même 'sur le terrain'. Il avait déjà pu côtoyer des sans-abris en Allemagne, mais c'était certes loin d'être la même chose qu'en Afrique où s'ajoutaient encore la malnutrition, les maladies comme le SIDA et les conditions météorologiques, etc. ... à la misère des gens. Tout en écoutant Alex et en réfléchissant sur la misère du monde, Morgan observa les somptueux bâtiments aux alentours sans faire attention aux étranges réactions de son compagnon de route. L'irlandais allait vraiment devoir changer ses habitudes et ça, rapidement !

Morgan allait tout juste réagir aux dernières remarques d'Alex quand celui-ci le bouscula tout à coup violemment contre le mur sans raison apparente. S'il voulait le violer, il ne se prenait vraiment pas de la meilleure manière : c'était ni l'endroit, ni le moment, ni la bonne personne... L'explication de cette bousculade allait certainement être des plus intéressantes ! Morgan avait juste vu du coin de l'œil qu'un bonhomme était arrivé droit sur eux avec un drôle de sourire aux lèvres, mais en un premier instant, il n'avait nullement vu la lame qu'il tenait dans la main ! A sa stupéfaction, Alex aida ensuite Morgan à se relever, vu qu'il était tombé le popotin par terre sous la surprise de cette étrange réaction. L'irlandais était un peu hésitant avant d'accepter l'aide d'Alex pour se remettre sur les pieds. Il le fixa dans les yeux d'un regard interrogateur avant de jeter un dernier coup d'œil sur celui qu'ils avaient croisé. Il était parti en courant et Morgan put encore tout juste voir quelque chose de métallique briller au creux de sa main avant qu'il ne le fourra dans l'une des poches de son blouson.

Il lâcha ensuite la main d'Alex et sentit comme un liquide sur la sienne, en baissant les yeux, il vit qu'elle était tachée de sang... Pourtant il n'avait rien senti. Etait-ce en tombant qu'il s'était coupé à quelque chose ? Non ! C'était pas son propre sang, mais celui d'Alex ! Un sentiment de culpabilité envahit Morgan : voilà à peine quelques heures qu'il connaissait ce jeune homme et déjà qu'il avait largement abusé de sa gentillesse : les vestiaires, les vêtements, les courses et maintenant une blessure en prime. Il se retourna pour relever son sac qui était toujours par terre et commença à fouiller dedans.


« Attends, je dois avoir quelque part... des... Ah ! Les voilà ! Tiens, ça sera mieux que ton mouchoir. »

Il lui tendit un petit paquet de linguettes désinfectantes qu'il avait reçu dans l'avion pour venir aux Etats-Unis. La prochaine chose qui sortait de son sac comme par magie était un petit pansement.

« Ma mère m'a toujours appris à toujours tout avoir sur moi, surtout en partant en voyages ! Je n'ai jamais compris pourquoi... mais il faut dire que parfois c'est bien utile. »

Maintenant qu'Alex était 'servi', au tour des questions de Morgan qui voyait de plus en plus clair dans le fonctionnement de cette 'université' :

« Moi, ça va... bien que mon égo soit quelque peu blessé... M'enfin... Donc tu appelles ça de 'l'aventure' ? D'après ce qui m'est arrivé durant les trois dernières heures ici, je dois revoir profondément le jugement que j'ai pu porter sur les banlieues parisiennes dites 'chaudes'. Brûler une voiture ou deux, c'est assez agréable vis-à-vis de ce qui se passe ici... Donc en gros : il faut soit se cloîtrer chez soi et sortir que pour les cours, ou alors se balader en gilet pare-balles accompagné d'une horde de gardes du corps... Que de belles perspectives ! J'ai pris des cours d'auto-défense il y a quelque temps, je pense que le moment est propice à faire sa ceinture noire de Karaté ou de Kung Fu ! »

Ce n'était plus de la colère qui sonnait dans la voix de Morgan mais plutôt de la déception. Il essayait tant bien que mal de cacher sa tristesse par des sarcasmes en tout genre, mais il commençait à se dire que le temps qu'il allait passer ici était loin de devenir aussi bien qu'il se l'avait imaginé. Sa vie sera donc dirigée par les fraternités et ce qu'elles jugeaient bon ou non pour leurs membres. Magnifique ! Et avec ça on ose dire que les USA sont le pays de la liberté... Mais du coup, est-ce que Morgan allait pouvoir faire confiance à Alex ? Ils n'étaient pas de la même fraternité après tout... Et du coup, tout ce qu'il avait fait était peut-être juste pour gagner la confiance d'un petit nouveau et de par cette voie pouvoir mieux affaiblir une fraternité rivale ?

*Tu deviens parano mon vieux... presque autant que ceux d'ici. Il te faut une bonne nuit de someil pour retrouver ta tête et des idées claires !* pensa Morgan. Il n'allait pas se casser les neurones à chaque fois qu'il voit quelqu'un si oui ou non on pouvait lui faire confiance... Il allait essayer d'aller vers les gens comme toujours, au pire, il apprendra avec le temps plus ou moins bien à qui il pouvait accorder sa confiance, et une chose est sûre : pour l'instant, Alex l'avait. Il lui demanda donc :

« Dis-moi alors, comme je n'ai pas encore croisé quelqu'un de ma fraternité... » Morgan tourna les yeux vers le ciel, mais enchaîna tout de suite « ...à qui peut on faire confiance ? A qui parler ? Est-ce que je peux me créer des amitiés 'tout seul' ou est-ce que c'est mal vu si jamais je parle à une fraternité opposée à la mienne ? Et puis : qui est opposé aux Satyrs ? »

Morgan s'interrompit, se rendant compte qu'il parlait comme coule une rivière sans même laisser le temps à Alex de répondre. Il reprit un peu plus bas :

« Excuses-moi... J'ai tendance à toujours tout vouloir savoir et du coup, je parle comme un moulin à paroles. Je ne pense pas que je vais pouvoir me racheter avec un simple café pour tout ce que tu as déjà fait pour moi en si peu de temps : Je t'invite à dîner ce soir ! »

Encore une fois, il avait parlé plus vite qu'il n'avait pensé : Son invitation pouvait facilement faire penser à un rencart... bien que Morgan soit plutôt ouvert côté sexuel, il n'était pour l'instant nullement intéressé par Alex et ne pensait pas aux sous-entendus auxquels son invitation 'innocente' aurait pu mener. Il essayait rapidement de se rattraper en ayant les joues de plus en plus rouges :

« Enfin... je veux dire que... on pourrait aller bouffer un truc quelque part, sans... euh... Enfin, une bouffe entre copains, sans aucun sous-entendu... Je ne veux pas dire que j'ai l'impression que tu sois ho... non, tu... euh... »

Il était peut-être préférable d'arrêter les dégâts à cet instant précis se disait Morgan qui devait avoir les joues en flammes entre-temps et qui n'arrivait plus à sortir une phrase à peu près compréhensible (et entre-nous : tant mieux !). Il prit une profonde inspiration avant de continuer.

« Bref... tu vois ce que je veux dire. Je te paye une bouffe pour m'avoir aidé, si tu veux bien, évidemment... et s'il y a un bon restaurant dans le coin. Euh... d'ailleurs peut-être pas forcément ce soir vu qu'une fois que les aparts seront prêts, je pense surtout aller m'allonger sur mon lit... »

Morgan avait réussi à sauver les meubles plus ou moins. Petit-à-petit ses joues reprenaient une teinte normale. Il n'osait plus regarder Alex dans les yeux, trop honteux des bêtises dans lesquelles il venait de s'embrouiller. Ils pouvaient maintenant déjà voir les magasins.


[HRP : Oui, j'avoue : j'adore maltraiter mes propres personnages et de les mettre dans des situations embarrassantes ! Laughing /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Thinner
Leader des Dryades
avatar

Nombre de messages : 120
Age : 29
Humeur : Au beau fixe
Date d'inscription : 01/07/2008

Feuille de personnage
Etudes: Medecine
Relation:

MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Ven 25 Juil - 21:37

[hj: J'arrive en renfort Alex...Que de ligne -_-']

Erika avait donc décider de partir du hall, il n y avait rien d'interessant à faire. Elle parcourut l'université qu'elle connaissait par coeur, elle entra dans les dortoir des Dryades, déplia ses affaires. Et commença à les ranger, et la une mauvaise surprise l'attendait ! Son gel douche avait colué sur tous ses vêtement du fond ! Non comment allait elle faire même si elle était la plus part du temps en univers, elle était leader et devait faire attention aux vêtement qu'elle portait ! A contre coeur elle prit sa carte de crédit, se changea rapidement tronquant son uniforme pour une robe et des sandales à talon. Erika parcourut les rues, et se rendit dans un premier temps au pressing, et expliqua avec une mine déconfite ce qui lui était arrivé, la vendeuse la rassure avec un grand sourire qui signifiait "qu'elle nulle, encore une jeune qui n'en à rien a cirer à les gosse de riches" Elee paya d'avance et sortit d'un pas plus léger. La jeune fille creusa plusieurs connaissance papota et s'attardant pour savoir les nouvelles, les ragots et les potins.

Une silhouette pressante, attira son attention, un boller, il avaut quelque chose dans la main, un couteau...Et plus loin une silhouette à terre ! Une arme blanche...Alors là, Erika n'allez pas laisser passer ça ! Le bollers à son approche avait rangé le couteau, Erika lui adressa le plus charmant de ses sourires et l'attira dans un coin sombres de la rue à distance suffisantes elle lui lança un coup de pied dans l'entre jambe avant de l'envoyer valser contre un mur.

Tu ne le diras pas n'est ce pas, une fille qui te met chaos ça ne se dit pas n'est ce pas...

Tout en parlant la jeune fille lui écrasait la main avec son talon aiguille, à ça pouvait être utile de temps en temps. Le type la regardait d'un air appeuré avant d'aquiser de la tête.

Brave garçon que je ne te revoie plus ! Et autre chose, un mot et je te promet que tu n'auras pas de progéniture !

Le mec aquisa, Erika leva son talon et le type se barra en courant comme s'il avait vu un démon. La jeune fille s'empressa d'aller voir la victime, à son approche qu'elle fut sa surprise, Morgan et Alex discutaient. Hein hein un tête à tête...Morgan avait le don de se fourrer dans de beaux draps ! Erika approcha et murmura à l'oreille de Morgan.

Moi aussi je veux diner avec toi ce soir

La jeune fille rit avant de reprendre son sérieux.

Le boller ne vous nuira plus

Erika adopta une atitude de jeune fille angélique et innocente avant de continuer

Je lui est arrangé son compte, ma ceinture noire de kung fu est efficace ! Ooom mais c'est que Morgan est tout rouge ! Je vous derrange...Ne me dites pas que c'était une sortie officielle !

Erika les taquiner parce qu'elle savait pertinnement qu'Alex était 500% fidéle à la gente féminine. Mais voir Morgan dans tous ses états la fesait rire et ça la détendait.

Vous allez où comme ça ? Moi je suis condamné à faire les boutiques mon gel douche à couler sur mes vêtements, et savoir que je n'ai plus rien à me mettre m'énerve sourit la dryade. De toute manière si vous ne voulez pas de moi, je vous laisse en tête à tête, n'est ce pas Morgan !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harvard.purforum.com
Morgan O'Carolan

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 32
Date d'inscription : 04/07/2008

Feuille de personnage
Etudes: Art (option musique)
Relation:

MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Sam 26 Juil - 11:35

[HRP : Après mp d'Erika, je poste une réponse avant Alex qui se disait d'accord avec cela. Wink /HRP]

Morgan attendait une réaction d'Alex et comme celle-ci se fit quelque peu attendre, il leva les yeux et remarqua qu'Alex ne le regardait pas vraiment, mais plutôt quelque qui se trouvait juste à côté de Morgan. A l'instant même qu'il voulait tourner la tête pour voir ce qu'Alex trouvait si intéressant, il entendit une voix de fille qui lui murmurait à l'oreille... d'un peu trop près... Il sursauta un peu avant de reconnaître Erika. Cette université n'était vraiment pas faite pour les nerfs de Morgan, il allait devoir se mettre, en plus de faire sa ceinture noire en Judo, Kung Fu et Karaté, au Joga ou à la méditation pour récupérer des journées éprouvantes à Harvard. S'il avait connu Erika depuis un peu plus de temps, Morgan lui aurait donné une petite tape sur le bras, mais il n'était pas encore assez intime avec elle pour pouvoir se permettre de tels gestes. En plus, d'après ses paroles, elle avait tout entendu du... léger faux-pas précédent de la part de Morgan et la jolie teinte rose de ses joues ne se fit pas attendre. Maintenant qu'Erika aurait pu changer un peu de point de vue sur Morgan, qu'elle avait dû prendre pour un pauvre clochard mal lavé au premier abord, la voilà qui devait le prendre pour un pauvre mec en manque... M'enfin... au moins côté physique il y avait de l'amélioration chez Morgan, toujours ça de pris !

Erika ne se contenta bien sûr pas de sa première remarque... Morgan avait déjà eu espoir quand elle commençait à changer de sujet pour leur raconter ce qu'elle avait fait à ce 'boller' (Morgan avait entre-temps déjà fait le lien entre 'boller' et 'dangereux, méchant, con') qu'elle reprit le sujet qui gênait. Il bafouilla quelques mots pour finir sur un « N'importe quoi. », paroles avec lesquelles il considérait le sujet comme clos. Qu'est-ce que c'est agaçant une fille ! Néanmoins, Morgan commençait à apprécier Erika... il aimait bien que les gens le taquinent, parce que cela voulait dire qu'il pouvait leur faire de même. Et puis... Morgan aurait surpris un de ses amis en situation pareille, il aurait probablement fait de même, il était assez honnête avec soi-même pour le remarquer.

La dernière remarque d'Erika rappela à Morgan la réelle cause de leur 'sortie' : les magasins... Il faut dire qu'avec un mec qui veut vous tuer à coups de couteaux, un faux-pas grand comme une montagne et une fille qui se ramène en enfonçant le couteau dans la plaie (de façon métaphorique cette fois-ci), il y a de quoi avoir la mémoire qui flanche. Il respira un bon coup et déjà ses joues commençaient à reprendre une teinte que l'on pourrait qualifier de 'normale' :


« Comme si on n'allait pas vouloir d'une 'leader'... C'est plutôt moi qui devrait vous demander à vous tous les deux si vous daignez bien vouloir marcher avec un simple larbin d'une autre fratrie... Fratrie que je ne connais même pas encore d'ailleurs... Nous mettions aussi le cap sur les boutiques, comme la majorité de mes possessions a pris la route du Japon, grâce à une compagnie aérienne des plus talentueuses et non à cause d'un gel douche rebelle, je suis forcé de refaire un peu ma garde-robe... Comme Alex est le seul que je connais pour l'instant, je lui ai demandé s'il voulait bien m'accompagner après... 'notre'... douche. »

Ayé, la gêne était passée et Morgan retrouvait un peu son sens de l'humour. A ses dernières paroles, il s'était un peu approché d'Erika et avait baissé de ton, comme s'il lui racontait un secret. Il accompagna le tout d'un petit sourire du type 'coquin' et souleva son sourcil gauche. En attendant la réaction d'Alex, il commença déjà à glousser un peu.


Dernière édition par Morgan O'Carolan le Dim 27 Juil - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Declan
Leader des Hockers
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Etudes:
Relation:

MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Sam 26 Juil - 13:15

Et bien, ta mère doit être une vrai maman poule rit Alex

A peine remis de ses émotions, le comportement de Morgan changea...

Une invitation à diner ce soir...

Alex avait l'habitude de cette situation Nico le fesait tout le temps mais venant de Morgan, il trouvait ça inattendu, et le pauvre satyr devenaot pourpre, plus il avancait dans son monologue plus il devenait totallement comique. Il était décidément très bizarre. Pour le sortir de l'embarras Alex s'apprêter à dire quelque chose mais il apperçut Erika arriver et chucotait quelque chose aux creux de l'oreil, pauvre Morgan il alait devenir fou en moins de deux...Erika cherchait sans doute à le déstabiliser mais c'était ça façon de montrer qu'elle aimait bien quelqu'un, ah les filles fallait mieux pas chercher à les comprendre. En tout cas la jeune dryade se donna à coeur joie dans la taquinerie, et Morgan semblait petit à petit redevenir Morgan.

Les boutiques ! En avant les boutiques !

La remarque de Morgan le fit rire même si le jeune homme se sentait géné

Mais non, leader ou pas on a le droit de faire les boutiques avec qui on veut et puis il y a un milliers dautres conversation ! De toute manière, les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, ils ne diront rien de mal, ils ont trop peur des represailles

Alex regarda le Satyr il avait envie de rassurer Morgan, il savait que le jeune homme était carrément largué dans ce nouvel univers, à peine mis les pieds dans Harvard qu'il était la cible des bollers, et encore s'il ne rentrait pas dans les rangs il risquait de se faire bizuter. Alex l'avait été, avait sa gueule d'ange et son air innocent dans le monde de brute qu'était le hockey on l'avait tout de suite remarqué pour son plus grand malheur !

Soit du reste cloturé et tu perds toutes tes chances de découvrir à Harvard, soit tu prends des cours de combat, personnellement j'ai prit cette option avec ma carrure de hockeyer, je suis ceinture marron en judo et ceinture noir une dan en karaté, même les filles s y mettent ! Erika depuis sa plus tendre enfance adore les combats, et entre nous c'est mieux qu'elle se défoule dans le kung fu et le maniement des armes plutôt que sur nous. Faut pas se leurrer sur son apparences ! C'est une dictatrice continua à rire Alex, ne va pas lui chercher des noises !

Il attendait les represailles d'Erika et décida de poursuivre les réponses qu'attendait Morgan. Les questions qui avaient suivit leur entretien avant l'incident avaient prit Alex au dépourvu, Morgan ne lui avait pas posé la question en le regardant mais en regardant le ciel, il n'avait pas confiance en lui, il ne lui en voulait strictement pas, il ne le connaissait que depuis trois heures...

Les Satyr, ils sont nombreux certains peuvent être apparenté aux bollers d'autre sont plus pacifistes et préférent se concentrer sur l'art, mais je te préviens il y a sans doute plus d'ultra que de modéré ! Leur ennemi si je puis dire sont les Normals ou Normaux, c'est pareil leur cas est assez mitigé, ils sont nombreux, très nombreux, ce n'est pas comme les boller et les hocker ou il y a un nombre restreint de personne ou comme les Dryades, pour elles c'est un désavantage car les autres fratrie féminine ont un nombre ilimité.

Hj: a toi momo

_________________

made by Erika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan O'Carolan

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 32
Date d'inscription : 04/07/2008

Feuille de personnage
Etudes: Art (option musique)
Relation:

MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   Lun 28 Juil - 11:38

Enfin sorti de ce pétrin... Morgan l'avait échappée belle ! Alex semblait tout d'abord un peu surpris par l'invitation de l'irlandais et puis l'arrivée d'Erika semblait avoir bien détendu la situation. Cependant, il n'avait pas donné de réponse : Morgan allait donc devoir reposer la question à Alex, de préférence sans Erika en un premier temps, il voulait faire plus ample connaissance avec le joueur de hockey et en général, quand on était seul avec une personne, elle se donnait tout autre qu'en compagnie de quelqu'un. Le dîner à trois allait peut-être devoir attendre un peu en un premier temps, puis pour être honnête, Morgan ne se sentait pas trop l'envie de passer sa soirée avec un ancien couple : un célibataire se sentait toujours un peu comme la cinquième roue du carrosse : dans le meilleur des cas : inutile, dans le pire des cas : gênant. Il lui fallait une quatrième personne au moins avant de lancer délibérément une soirée avec Erika et Alex en même temps.

Morgan n'avait bien sûr aucune idée de la relation qu'entretenaient les deux comparses ; pour l'instant, il avait uniquement pu voir leur face 'publique', dictée par les lois non écrites des fraternités et des positions dans lesquelles les deux se trouvaient... Bref, pour l'instant, Morgan préférait encore sonder un peu le terrain avant de se lancer dans telle entreprise.

La réponse à la question, censée être rhétorique en fait, de Morgan concernant le fait de se balader avec deux 'leaders' le rassurait en un premier temps, mais la fin de la phrase lui laissa tout de même un goût amère : des représailles ? Comment est-ce qu'on pouvait bâtir une amitié ne serait-ce qu'un minimum sincère si on doit toujours se poser la question de possibles représailles si jamais il y avait un accrochage ? Une amitié aux yeux de Morgan était faite de hauts et de bas, il fallait parfois un 'vrai' ami pour pouvoir dire certaines choses en face, même si en un premier temps elles peuvent blesser. L'irlandais avait fait l'expérience quand il avait pris un peu ses distances avec son milieu aisé. Un très bon ami, qui l'est toujours d'ailleurs, lui avait longtemps fait des reproches. En un premier temps, Morgan l'avait ignoré comme étant un 'petit con jaloux de sa richesse'. Mais en voyant qu'il n'arrêtait pas de chercher le contact avec lui, Morgan avait commencé à se poser des questions... des questions qui au bout du compte avaient changé Morgan et sa vision du monde... Ce qui ne prit qu'un instant pour se le remémorer avait en fait pris des années pour Morgan. Un tel revirement d'esprit ne se fait pas en un clin d'œil. A cette époque, il n'appréciait plus du tout l'ami en question, donc s'il avait été dans une fraternité, les membres se seraient chargés de lui régler son compte ? Il fallait donc faire très attention à ce qu'on disait aux autres de la fraternité, même sur ses propres amis, pour les protéger. Imaginons que Morgan se faisait briser le cœur par quelqu'un et qu'il le raconte à un camarade Satyr ? Ils iront alors briser les jambes de l'ex partenaire de Morgan ? C'était... les mots manquaient à Morgan pour décrire ce qu'il ressentait.

A peine fait le tour de la question dans sa petite tête, Morgan entendait déjà la prochaine 'étrangeté' de Harvard : apparemment tout le monde était au moins ceinture noire en au moins un sport de combat, même Erika qui ne lui avait certainement pas semblé être une petite fille frêle, mais tout de même, de là à imaginer qu'elle fasse du Kung Fu depuis qu'elle soit une enfant ? C'était étrange de se dire cela alors qu'en fac de lui se tenait une jeune fille qui semblait plus faire attention à ce que le vernis de ses ongles soit en accord parfais avec son fard à paupières que de démonter ses opposants à la Bruce Lee. Cela aurait certes été bien beau de s'amuser à passer son temps libre à s'entraîner à taper des gens, mais Morgan avait déjà bien assez de choses à faire comme ça : la harpe, le clavecin, l'orgue, le chant, les cours à la FAC... Morgan avait certes un créneau réservé pour le sport, mais il n'allait certainement pas pouvoir se donner à fond dans un sport de combat ou de compétition. Il allait donc devoir essayer d'éviter les bagarres. Comme déjà mentionné plus haut : il avait suivi des cours d'autodéfense, mais de là à pouvoir contrer une ceinture noir en je-ne-sais-quoi... la tâche n'allait pas être facile.

Les révélations sur la fraternité des Satyrs ne surprenait presque plus Morgan : un gang de gens qui tapent sur les autres... Merveilleux : les années ici allaient être très, très longues. Si même les artistes deviennent agressifs ! Enfin, il ne fallait peut-être pas non plus tirer des conlcusion hâtives, après tout : Alex voyait la fraternité de l'extérieur et ne savait donc forcement pas vraiment à cent pour cents ce qui se passait à l'intérieur, c'était peut-être d'ailleurs aussi le cas des bollers : après tout, s'ils se tapaient toujours dessus entre-eux aussi, leur fraternité n'allait pas faire long feu... à moins d'être composée de malades qui adorent ça... Bref... en tout cas, même si entre-eux, les bollers s'offraient des bouquets de coquelicots et se faisaient des soirées pyjamas, ils n'en étaient pas moins dangereux pour ceux qui étaient extérieurs à leur fraternité et il fallait donc les approcher avec beaucoup de précautions, si jamais on les approchait bien sûr... Morgan s'adressa à Alex ensuite :


« Erika une dictatrice ? Je t'avoues que j'ai un peu de mal à y croire ! Enfin, en même temps, moi, je n'ai pas encore de raisons de me méfier d'elle et je ne peux donc que compter sur mon 'charme' pour l'amadouer en un premier instant ! »

Il avait continué sur le même ton ironique qu'Alex et avait prononcé la dernière partie de sa phrase sur un ton enfantin. Pour finir, il avait jeté un regard de chien battu à Erika, un peu à la 'chat potté' : voilà une chose que Morgan savait au moins bien faire : donner l'impression qu'il était innocent, gentil et totalement inoffensif... Une fois le petit rire passé qui s'en suivit, Morgan reprit sur un ton un peu plus sérieux :

« Je vais donc plutôt tenter de ne pas rejoindre le 'côté obscur' des Satyrs, en espérant que ce soit possible, bien évidemment... Donc on dirait presque que les Satyrs ont plus d'affinités avec les bollers qu'avec les autres... magnifique... Puis avec ma musique et les études, je n'aurais pas le temps de passer en plus des heures à tabasser des gens pour m'entraîner... » Morgan poussa un long soupire, mais reprit ensuite sur un tout autre ton, il en avait marre de parler gué-guerre, violence et fraternités. Il inspira profondément et afficha un large sourire :

« Bon, c'est pas le tout, mais on avait dit qu'on allait faire les magasins, hein ? En route alors, sinon je vais m'endormir en cabine d'essayage ! »

Ce disant, l'irlandais plaça ses mains dans le dos d'Erika et d'Alex pour les pousser gentiment en direction des magasins dont on pouvait déjà lire les enseignes et on pouvait dire qu'on avait l'embarras du choix : Armani, Gucci, Joop !, Dior... tout était là et aparemment les étudiants d'Harvard devaient être riches, ou considérés comme tels en tout cas : il n'y avait que très peu de magasins qui n'affichaient pas une quelconque 'grande marque' et donc des prix abordables pour le commun des mortels. Morgan avait certes son American Express Gold dans sa poche et donc accès à un compte grassement alimenté par ses parents, mais il ne savait pas du tout quel genre de magasins fréquentaient ses nouveaux amis, il serait donc certainement plus judicieux de les laisser choisir le magasin dans lequel il fallait aller. Il adressa donc un petit sourire à Erika :

« Honneur aux dames. A vous de choisir, très chère Mlle Erika, à laquelle de ces boutiques nous allons faire l'immense honneur de pouvoir savourer notre présence au sein de son établissement... et ensuite la présence encore plus exquise de notre argent dans leur caisses ? »

Morgan commençait à se reconnaître à nouveau dans ce qu'il disait. Il aimait bien jouer des personnages... et notamment le petit bourge 'péteux' si on pouvait le dire ainsi. C'était peut-être sa manière à 'digérer' son passé. La balle était maintenant dans le camp d'Eika : à elle de choisir la direction que le petit groupe allait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Non les hommes aussi ont le droit de faire les boutiques [Morgan, Erika]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A t-on le droit de faire du foot avec des tresses ?
» T'es sur qu'on a le droit de faire ça?
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ? Pabo
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harvard University :: Autour de l'université :: Centre commercial :: Boutiques-
Sauter vers: